Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'existence determine la conscience

Une coalition meurtrière

18 Août 2016 Publié dans #lutte des classes

Un article extrait du Journal Informations Ouvrières du 18 au 24 aout 2016.

 

En plein creux de l’été, Hollande, en posture de chef de guerre, a tenu à réunir deux « conseils restreints de défense » (les 11 et 18 août) à l’Elysée afin de « faire le point sur les principaux théâtres d’opérations extérieures contre le terrorisme », en Irak et en Syrie notamment.

Le gouvernement Hollande est partie prenante de la coalition emmenée par le gouvernement américain, aux côtés des sanguinaires monarchies pétrolières du Golfe Persique.

Hollande, dès le 22 juillet, à la sortie d’un conseil de défense, avait annoncé son intention « d’intensifier les frappes sur les groupes terroristes en Syrie et en Irak avec nos avions Rafale », lançant un appel « à tous les Français pour qu’ils fassent bloc dans cette période, pour qu’ils soient unis ». « C’est ainsi que nous remporterons la victoire ! », disait Hollande. Une « victoire » pour qui ?

 

14 000 FRAPPES AÉRIENNES MEURTRIÈRES

En deux ans, cette coalition a déjà déversé un déluge de feu, en conduisant, indique l’AFP (9 août), un total de 14 301 frappes aériennes, dont 9 514 en Irak et 4 787 en

Syrie. Le coût de ces opérations représente environ 11,9 millions de dollars par jour, soit quelque 8 milliards de dollars jusqu’à présent. « La campagne aérienne a aussi fait de nombreuses victimes civiles en Syrie et en Irak », rappelle l’AFP. Près de trois cent mille morts pour la seule Syrie depuis cinq ans, la moitié de la population de ce pays chassée de ses foyers par une guerre atroce, cyniquement fomentée par les grandes puissances (lire page 8) !

« Avec les campagnes de bombardements, vous tuez plus d’innocents, ce qui attire plus de nouvelles recrues et de sympathie » à l’égard du groupe ciblé, relève Howard Gambrill Clark, ancien marine et analyste du renseignement qui dirige le Stability Institute à Washington, cité par l’AFP. Et d’ajouter : « Je ne connais pas un seul analyste sérieux qui pense que les Etats-Unis font quoi que ce soit d’autre que de créer plus d’extrémistes violents.»

Une « victoire » ? Hollande et Obama nous disent qu’ils combattent le terrorisme, mais leur guerre, qui disloque des nations entières, en fabrique le terreau. Voilà le sens des « conseils restreints de défense » réunis par Hollande !

 

SOUS LA MENACE D’UN EFFONDREMENT ÉCONOMIQUE ET FINANCIER

Cette course à la guerre intervient alors que la crise économique s’accélère. Même d’après les statistiques officielles, le chômage repart à la hausse dans les deux derniers chiffres mensuels. La croissance économique mesurée par l’Insee est nulle au second semestre.

La production et l’emploi industriels continuent leur chute : -0,8 % en juin, près de

34 000 emplois détruits en un an, 570 000 depuis dix ans. Le déficit commercial de la

France s’emballe, la crise mondiale du système exacerbant la concurrence internationale, minant particulièrement les « parts de marché » des impérialismes européens de second ordre.

La crise financière en Europe, alimentée par ce marasme et le gigantesque bulle financière créée par les banques centrales, menace d’exploser de nouveau. D’où partira cette fois l’étincelle ? D’Italie ? D’Allemagne, où les deux premières banques privées du pays ont révélé d’inquiétantes faiblesses lors des « stress tests » opérés par l’Union européenne cet été ? De Grande-Bretagne, à la suite du « Brexit » ?

 

VENTE D’ARMES RECORD

Dans cette situation, le ministre de la Défense, Le Drian, a annoncé triomphalement le 9 août, la vente de trente hélicoptères de combat français au Koweït, pour un milliard d’euros. « C’est une très bonne nouvelle », s’est exclamé le ministre. Le Koweït, aux côtés de l’Arabie Saoudite, bombarde écoles et hôpitaux au Yémen (lire page 8 également) depuis près de dix-huit mois !

 

Le gouvernement Hollande a déjà doublé ses exportations d’armes l’an dernier, à hauteur de seize milliards d’euros. Quel bilan !

Voilà comment il espère retarder l’effondrement qui menace toute l’économie !

 

Guerre à l’extérieur, guerre, aussi, à l’intérieur.

C’est une même politique. Prenant prétexte du terrorisme, le gouvernement a fait passer fin juillet sa loi sur l’état d’urgence (une nouvelle fois prolongé, jusqu’à la fin de l’année). Il s’y est donné le droit sans précédent d’interdire toute manifestation sous l’incroyable et cynique prétexte qu’il ne pourrait en assurer la sécurité (1) !

 

LE SEUL FACTEUR D’ORDRE

Le feu vert révoltant donné par la ministre du Travail au licenciement d’un délégué

CGT d’Air France est un concentré de cet autoritarisme, sanctifiant le pouvoir absolu des patrons de faire leur propre loi (ce que leur permet la loi travail). Cette décision se veut un avertissement à tous les travailleurs, à tous les militants, pour la toute prochaine rentrée (lire page 3).

Dans cette situation où monte la barbarie, où le gouvernement aux ordres du capital financier en profite pour poser les prémisses d’un Etat totalitaire, le mouvement ouvrier, lors de l’intense lutte de classe de mars à juillet derniers pour le retrait de la loi travail, a démontré, organisant et mobilisant en masse les travailleurs pour leurs revendications, qu’il était le seul facteur d’ordre, de défense de la civilisation et de la démocratie.

 

*« Les cortèges, défilés et rassemblements de personnes sur la voie publique peuvent être interdits dès lors que l’autorité administrative justifie ne pas être en mesure d’en assurer la sécurité, compte tenu des moyens dont elle dispose » (article 3 de la loi du 22 juillet 2016).

Une coalition meurtrière

Partager cet article

Repost 0