Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'existence determine la conscience

Des millions en grève et en manifestation : Qu’est-ce qui permet au gouvernement de maintenir sa contre réforme ?

22 Octobre 2010 , Rédigé par hans Publié dans #Lutte des classes

  • 19 octobre : des millions de travailleurs, lycéens et étudiants exigent en grève et en manifestation, le retrait de la contre-réforme Sarkozy-Fillon-Woerth.  20 octobre : Sarkozy réaffirme son refus de reculer et envoie les forces de l’ordre contre les piquets de grève autour des raffineries et dépôts d’essence.
  • Qu’est-ce qui donne à ce gouvernement en crise les moyens de maintenir sa contre-réforme ? D’un côté, les travailleurs se groupent avec leurs organisations dans l’exigence du retrait et l’organisation de la grève. Mais, d’un autre côté, les sommets de certaines confédérations persistent à résister au mot d’ordre de retrait (certains responsables prétendent même qu’une fois la loi votée, s’y opposer ne serait plus possible).
  • D’une part, la majorité de la population soutient les grèves et manifestations et se prononce pour l’abandon de la contre-réforme. D’autre part, le Parti socialiste, par la voix de François Hollande propose « qu’une discussion sur la base du projet actuel puisse se faire avec le gouvernement, d’un côté, et les partenaires sociaux, de l’autre », tandis que Martine Aubry préconise que  syndicats et partis de gauche reformulent la réforme avec le gouvernement. N’est-ce pas là ce qui donne au gouvernement les moyens de ne pas reculer jusqu’à présent ?
  • A l’échelle internationale, les grands groupes spéculateurs, les multinationales exigent que le gouvernement français taille dans les dépenses de l’État, des collectivités locales, de la Sécurité sociale. Un véritable plan meurtrier contre la classe ouvrière et la jeunesse. La contre-réforme des retraites en est le premier acte.
  • Si les dirigeants du Parti socialiste se prononcent  pour sauver la contre-réforme - ou une version voisine - c’est parce qu’ils refusent de rompre avec le régime capitaliste fondé sur la propriété privée des moyens de production et avec ses institutions : l’Union européenne, le Fonds monétaire international, la Banque mondiale.
  • Nul ne sait ce que seront les développements des prochains jours. Mais, c’est un fait : depuis des mois, la classe ouvrière a affirmé sa capacité à se grouper avec ses organisations pour le retrait. C’est aujourd’hui un élément majeur de la situation. Certes il y a des obstacles. Mais, tôt ou tard, la rupture s’imposera. Qu’il s’agisse des retraites, de la sécurité sociale ou de l’ensemble des plans meurtriers du gouvernement, il y a urgence à arrêter le bras destructeur du gouvernement.

 POICouleur_small.gif

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article