Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'existence determine la conscience

Quelques arguments pour défendre nos retraites

28 Février 2010 , Rédigé par hans Publié dans #Retraites

Voici un document du "front syndical de classe" tiré du blog d'El Diablo...

En affirmant sans vergogne le 25 Janvier sur TF1: « 10% des retraites ne sont pas financièrement assumées », Nicolas SARKOZY a commis une imposture dont il est coutumier.

L’ ETAT ET LE PATRONAT CREUSENT METHODIQUEMENT LE TROU DE LA SECURITE SOCIALE

1. Comme l’a mis en évidence et détaillé une responsable de l’organisme, l’Etat a détourné 20 milliards d’euros de parts de taxes qu’ils auraient dû verser à la Sécurité Sociale.

Il s’agit de parts de taxes non reversées à la Sécurité Sociale:

-sur le Tabac : 7,8 milliards

-sur l’alcool : 3,5 milliards

-sur les primes d’assurances auto : 1,6 milliards

-sur les industries polluantes : 1,2 milliards

-sur la TVA : 2 milliards

-sur les contrats aidés : 2,1 milliards

-sur les impayés des entreprises : 1,9 milliards

En détournant ces sommes, l’Etat transforme artificiellement en « déficit » (11 milliards) les comptes de la sécu qui afficheraient sans cette escroquerie 9 milliards d’excédent.

Dans les années 50 et pendant une quarantaine d’années, on nous a fait payer la vignette auto pour soit disant financer les retraites, or pas un sou n’est allé dans les caisses de retraite. Même si la méthode est différente avec M.SARKOZY, elle n’en n’est pas moins malhonnête.

2. A cela s’ajoutent les exonérations de cotisations sociales patronales accordées par le pouvoir ont atteint 30.7 milliards en 2008. Cumulé de 1992 à 2008, ce cadeau au patronat représente 256,3 milliards !

3. Selon l’INSEE, la part des salaires dans la valeur ajoutée (c’est-à-dire la richesse créée par les salariés) est tombée de 68,7% en 1992 à 58% en 2000 soit 200 milliards minimum extorqués au monde du travail par le capital chaque année.

QUANT A L’EVOLUTION DEMOGRAPHIQUE…

La propagande gouvernementale relayée par des « experts » de tous poils et par les médias aux ordres nous explique qu’avec l’allongement de la durée de vie, il n’y aura à terme pas assez d’actifs pour financer les retraites.

Aléatoires et incertaines, les prévisions ont de quoi laisser perplexe.

En 2002 l’INSEE estimait à 24 millions le nombre d’actifs en 2050.

En 2006 toujours l’INSEE estimation pour 2050 28,5 millions d’actifs (plus 4,5 millions).

Ce qui montre le peu de crédit qu’on peut prêter à des prévisions à échéance aussi lointaine.

Quant à l’espérance de vie, qui progressait depuis les années 50 pour atteindre en moyenne 77,8 ans pour les hommes (mais seulement 70 ans pour les ouvriers) et 84,5 ans pour les femmes, elle évolue bien mais depuis 2 ans en sens inverse selon une étude de l’INSERM qui pointe du doigt la dégradation du système hospitalier et de l’accès aux soins.

Mais surtout, les experts du patronat et des gouvernements n’évoquent jamais l’augmentation de la productivité : avec moins de salariés, on produit toujours plus de richesses et donc de moyens de financer les retraites !

ALORS ASSEZ DE MENSONGES ET D’INTOX !

Les salariés, les retraités n’ont pas à payer la crise dont le capital est le seul responsable. Les chiffres le montrent, il y a largement de quoi satisfaire nos revendications sur les retraites.

A SAVOIR:

-augmentation immédiate de 300 euros des retraites (pour compenser les pertes cumulées sur 15 ans)

-pas de retraite inférieure au niveau du SMIC

- ré-indexation des pensions et retraites sur l’évolution du salaire moyen.

- et le retour aux 37 années et demi de cotisations pour les actifs.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article