Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'existence determine la conscience

Selma Benkhelifa : « Le mariage à neuf ans, même les Talibans n’y avaient pas pensé ! »

2 Janvier 2011 , Rédigé par hans Publié dans #Impérialisme Us

Un article d'investig'action sur l'aggravation de la situation des femmes en Afghanistan depuis l'intervention militaire de l'occident.

 

 

La liberté des femmes ! Voilà qui aurait – en partie - justifié la croisade états-unienne en Afghanistan. Le pari est-il réussi ? Qu’en disent les premières concernées, alors qu’un tiers de la population afghane est menacée par la faim ? Selma Benkhelifa, avocate et co-fondatrice du Solidarity Shop, une banque alimentaire qui vient en aide aux veuves afghanes, offre un éclairage nécessaire à travers l’histoire contemporaine du pays.

Avocate et co-fondatrice du Solidarity Shop, une banque alimentaire qui vient en aide aux veuves afghanes. http://solidarityshop.wordpress.com/

Par Inês Martins Braga Monteiro et Emmanuel Wathelet 

  

 

Qu’est ce qui a changé pour la condition des femmes en Afghanistan au lendemain du 11 septembre 2001 ?

 

Des choses ont changé sur papier. Aux temps des Talibans, les femmes n’avaient aucun droit. Certains ont été rétablis par la Constitution.- mais ils sont illusoires : les femmes afghanes ont le droit de vote mais pas de quoi nourrir leurs enfants ! Leur situation économique s’est même empirée. Dans un pays en guerre, la pauvreté augmente.

 

La première question ne serait donc pas tellement une question d’indépendance ou de liberté d’expression, mais plutôt : comment va-t-on manger ?

 

Exactement ! Selon Oxfam, un tiers de la population afghane est menacée par la faim.

Cela dit on ne leur donne pas tellement de droits non plus. Et il y a un exemple assez frappant : une proposition de modification du code de la famille pour l’ethnie chiite Hazaras.

 

L’idée de faire un code de la famille différent selon l’ethnie est d’ailleurs « bizarre » en soi. Des mollahs Hazaras, à l’origine de cette proposition (qui est en attente de ratification), prévoyaient d’abaisser l’âge du mariage pour les filles à neuf ans. Ça, même les talibans n’y avaient pas pensé !

 

Sous les Talibans, l’âge de mariage minimum était 16 ans même s’il y avait quand même des mariages traditionnels organisés par les familles en dehors du droit. Mais qu’un gouvernement « démocratique », soutenu par nos pays, fasse passer au Parlement une loi qui permette de marier les filles à l’age de neuf ans et oser parler encore de démocratie, c’est vraiment contre le bon sens.

 

Existe-t-il un réseau associatif de femmes afghanes ?

 

Oui. Il y a deux ans, on avait invité une dame de RAWA (Revolutionary Association of the Women of Afghanistan, ndr). Cette association est totalement clandestine même si elle agit plus ouvertement au Pakistan.

 

Ces femmes sont pour un retrait total des forces étrangères parce que toute femme qui parle d’émancipation donne l’impression de collaborer avec l’envahisseur ! C’est pour cette raison qu’elles veulent qu’on les laisse se « débrouiller avec leurs Talibans ».

 

Est-ce que les femmes ont une mémoire historique de leurs conditions ?

 

Oui. Les Afghans ont souvent beaucoup de difficultés avec les dates mais ils situent les époques en fonction des gouvernements : sous le gouvernement de Daoud, sous les Moudjahidins, sous les Soviétiques, sous les Talibans, etc.

 

L’époque de Daoud (le prince Mohammad Daoud Khan de 1973 à 1978, ndr) a représenté une ouverture. Daoud était le cousin du Roi et il l’a renversé. On l’appelait le Prince Rouge. Il a créé la République alors qu’il était lui-même d’une famille royale et qu’il aurait pu maintenir la royauté.

 

Nadjib (Mohammed Nadjibullah, ndlr) était le président communiste et sous ce régime, les femmes allaient à l’université.

 

Les Talibans représentent-ils une ethnie particulière ? Y a-t-il des Pachtounes Talibans, des Hazaras Talibans ?

 

Pour bien comprendre, il faut se souvenir que les USA ont organisé le renversement du gouvernement communiste en 1978…et « les Russes » ont été attirés en Afghanistan dans un piège tendu par Zbigniew Brzezinski qui, à cette époque, était le conseiller du Président Carter.

 

L’invasion Russe a provoqué un exode massif d’Afghans. L’Iran en a accueilli deux millions, le Pakistan trois. Des villages sont subitement devenus des villes immenses ! Ces deux pays n’ont reçu presque aucune aide internationale pour absorber ce nombre de réfugiés qui ont donc dû se débrouiller.

 

Peshawar (au Nord du Pakistan, ndlr) est une ville de réfugiés. Ils ont construit leur ville eux-mêmes. Dans ces villes qui étaient en dehors de toute structure étatique, des Madrasas (Médersa), c’est-à-dire des écoles coraniques, ont été financées principalement par l’Arabie Saoudite ; avec une vision wahhabite très stricte de l’Islam. Surtout au Pakistan puisque ce sont plutôt les Chiites afghans qui ont fui vers l’Iran chiite et les Sunnites afghans vers le Pakistan sunnite.

 

Parce que le wahhabisme est une branche du Sunnisme ultra …conservatrice ?

 

Ce n’est même pas conservateur, ils inventent les règles ! C’est une branche d’extrême droite du Sunnisme. Et « Talibans », cela veut dire « étudiants en science religieuse ». En fait, les élèves de ces madrasas ont été les « talib », les « étudiants ». Et ces étudiants ont, via le Pakistan et les États-Unis, été financés pour aller se battre contre les Russes.

 

Donc à l’époque, il y a eu des Talibans de toutes les ethnies ?

 

Oui. Mais maintenant on ressent que ce sont principalement des Pachtounes. Ils se sentent discriminés. Bien qu’Hamid Karzaï en soit lui-même un, tous les gros ministères ont été accordés à des Tadjiks ou des Hazaras alors que les Pachtounes sont largement majoritaires.

 

Pour les Pachtounes, Hamid Karzaï est un traître !

 

Karzaï est vu comme un traître par tout le monde mais surtout parce qu’il est corrompu.

 

Pachtounes, Tadjiks, Hazaras, quelles différences cela fait-il pour la condition des femmes ?

 

Il y a une propagande absolue qui veut que les Pachtounes soient les « salauds ». Les Pachtounes, c’est les Talibans, c’est eux qui mettent la burqua. Alors que traditionnellement la burqua n’est pas du tout pachtoune. La burqua est citadine. Les premières burqua sont apparues dans la grosse bourgeoisie de Kaboul et de Mazâr-e Charîf qui, pour la première fois, laissait sortir les femmes. Ces femmes vivaient en harem, puis ont commencé à sortir en portant la burqua - une forme de luxe avec des tissus magnifiques. Paradoxalement, elles étaient extrêmement visibles du fait d’être caché.

 

En revanche, les pachtounes les plus traditionnels sont les Kuchis, une ethnie nomade. Et comme chez tous les nomades, les femmes sont très libres. On ne se déplace pas avec ses chèvres, ses moutons, ses chameaux en burqua ! Cela ne correspond pas à leur mode de vie.

Donc, dans le croissant pachtoune, à Kandahar et dans tout le sud de l’Afghanistan, la burqua est très peu portée.

 

La burqua est-elle vécue par les Afghanes comme un symbole de soumission ?

 

Je crois que les femmes qui se plaignent d’avoir été forcées de porter la burqua ont vraiment subi ça comme une humiliation et comme une très forte restriction à leur liberté. D’autant qu’à l’époque des Talibans, il fallait porter la burqua et être accompagnée d’un homme. Aujourd’hui à Kaboul, certaines femmes la portent, d’autres non.

 

Pourquoi certaines continuent-elles à la porter ?

 

Parfois, c’est par sécurité, pour ne pas se faire embêter. Parfois, c’est parce qu’elles en ont envie. Mais il y a aussi l’exemple de l’ex-femme d’un ministre dont le mari était mort. Comme les veuves sont totalement exclues de la vie sociale puisqu’elles ne travaillent pas, elle avait été soudainement plongée dans une extrême misère et contrainte à la mendicité. Avec la burqua, au moins les gens ne la reconnaissaient pas.

 

Est-ce que les Talibans ont aussi une action sociale ?

 

Non. Mais ce que les gens regrettent de l’époque des Talibans, c’est l’absence de violence. Il y avait une violence étatique - on coupait la tête des gens dans les stades - mais il n’y avait plus de violence dans les rues.

 

Les talibans ont succédé aux Moudjahidins qui ont été d’une violence extrême. Sous leur régime soutenu par tout l’Occident, les femmes ont le plus souffert. Elles disent aujourd’hui préférer les Talibans que le commandant Massoud et ses hommes ! Le même Massoud qu’on adule ici.

 

Quand ils sont arrivés au pouvoir, les Talibans ont exigé que tout le monde remette les armes. Les Etats-Unis et nos armées n’ont jamais eu cette exigence.

 

Aujourd’hui, on trouve partout des chefs de guerre et des milices armées ?

 

Oui. Dans les villages, les gosses de quatorze ans ont une kalachnikov ! C’est normal ! Comment faire la paix dans un pays où tu laisses tout le monde avoir des armes ?

 

Pourquoi les Etats-Unis n’ont-ils pas exigé une démilitarisation ?

 

Je pense - c’est une opinion personnelle- que les Etats-Unis ne veulent pas pacifier l’Afghanistan. Ils ont besoin d’une poudrière et ils la maintiennent.

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article