Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'existence determine la conscience

Los Angeles endettée, les fonctionnaires menacés

16 Avril 2010 , Rédigé par hans Publié dans #économie

Le déficit budgétaire est de 212 millions de dollars. La ville pourrait fermer des services publics.

À Los Angeles

À partir de lundi, seuls les agents municipaux assurant la protection, la sécurité et le nettoyage de Los Angeles pourraient encore avoir un emploi à plein temps. Tous les autres employés de la plus grande ville californienne pourraient être forcés de prendre deux jours de congés par semaine, non payés, tandis que les services municipaux déficitaires (comme les bibliothèques ou les parcs) devraient être fermés jusqu'à nouvel ordre. Telle est la menace agitée depuis quelques jours par le maire, Antonio Villaraigosa. Une crise financière d'une gravité sans précédent risque en effet de précipiter la mégapole vers une banqueroute.

Les caisses de la ville sont presque vides, en raison d'un déficit budgétaire de 212 millions de dollars provoqué par la chute des revenus provenant des taxes. Si elles ne sont pas renflouées d'une manière ou d'une autre, a prévenu le city controller («trésorier municipal») Wendy Greuel, la municipalité sera à découvert d'ici au 30 juin et dans l'incapacité de payer ses employés, ses fournisseurs et ses factures dès le mois prochain. La situation, déjà complexe, est aggravée par le fait que personne ne semble d'accord sur les mesures à prendre.

Mairie contre conseil municipal

Deux camps s'opposent. D'un côté, le maire et le Department of Water and Power (DWP) qui préconisent une augmentation des tarifs de l'eau et de l'électricité, bien qu'ils ne soient pas parvenus à s'entendre sur un montant, qui varierait de 9 à 28%. De l'autre, le conseil municipal qui pré­fé­rerait piocher dans les fonds de réserve de la ville, estimés à 190 millions de dollars.

En mars dernier, le DWP, agence semi-autonome sur laquelle le maire n'a qu'une autorité limitée, s'est engagé à verser un total de 220 millions de dollars à la ville d'ici au 30 juin. Il n'a pour l'instant payé que 147 millions et refuse de s'acquitter du reste si les tarifs ne sont pas augmentés.

«Nous assistons à un combat de coqs», a récemment commenté le conseiller municipal Paul Koretz. «En tant que PDG de cette grande ville», a pour sa part expliqué le maire, «il est de ma responsabilité de prendre des décisions difficiles mais nécessaires pour la guider hors de la crise et vers un terrain financier plus stable.»

Le plan visant à fermer les agences municipales et mettre leurs employés en chômage partiel est déjà en place, bien que personne ne le prenne vraiment au sérieux. Pour qu'il soit activé, il faut que le conseil municipal l'approuve. Les débats y sont acharnés et l'issue encore incertaine.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article